You’re viewing a version of this story optimized for slow connections. To see the full story click here.

Inverser les risques en Ethiopie

Agriculture durable et assurance climat pour lutter contre la sécheresse

Story by Climate Adaptation UNDP May 23rd, 2017

La sécheresse est un risque permanent en Ethiopie, et le phénomène météorologique El Niño aggrave la situation. Les spectres de la famine, de la malnutrition et de la perte des récoltes planent sur la région. A défaut de pouvoir arrêter ce phénomène naturel incontrôlable, il devient urgent pour les populations les plus vulnérables de s’adapter au changement climatique.

En 2011, la famine a tué plus de 260 000 personnes dans la Corne de l'Afrique.

Aysha Feyso est mère de 9 enfants et a une petite exploitation agricole dans la ville d’Adami Tullu, dans le centre de l’Ethiopie.

Il y a quelques années, lors d'une précédente sécheresse, Aysha avait dû vendre son bétail afin de joindre les deux bouts. Depuis, elle était entièrement dépendante de la météo pour sa subsistance.

Aysha Feyso a appris à adapter son exploitation agricole à son environnement et a doublé sa récolte

Doubler les récoltes

Grâce à une initiative sur cinq ans mise en place par le gouvernement d’Ethiopie et d’une subvention de 5,6 millions de dollars du Fonds pour l'Environnement Mondial pour les Pays les Moins Développés et du PNUD – Aysha a reçu un petit cheptel de chèvres, deux ruches modernes et un panneau solaire pour l’éclairage – ce qui diminue sa consommation de bois. Elle a aussi pu diversifier son exploitation agricole et planter de nouvelles cultures plus rentables comme la banane, l’oignon, le chou et la tomate.

Un suivi régulier, une irrigation à énergie solaire et des outils adaptés permettent de contrer les effets néfastes de la sécheresse.
La plantation de nouvelles cultures comme la banane permet aux agriculteurs de vendre ensuite leur récolte sur le marché.
Désormais, la récolte se fait deux fois par an !

De plus, Aysha et 15 autres membres de la coopérative de son village ont bénéficié d’un financement pour construire des foyers éco-énergétiques, une pompe à énergie solaire, un système d’irrigation au goutte à goutte et un réservoir d’eau de 10 000 litres, leur permettant de stocker de l’eau pour les périodes de sécheresse. Aysha peut désormais récolter ses fruits et légumes deux fois par an, vendre le surplus au marché et investir ses bénéfices dans un compte d’épargne.

La construction et l’utilisation de foyers éco-énergétiques permettent aux femmes de diminuer leur consommation de bois.
“Maintenant je suis autonome et consacre plus de temps à l’éducation de mes enfants. Je peux aussi donner mes jeunes chèvres à d’autres agriculteurs de la coopérative, pour qu’ils bénéficient eux aussi de ce projet”, dit Aysha.
À mesure que les chèvres se reproduisent, Aysha donne les jeunes à d’autres agriculteurs de la communauté.

Protection des terres

Plus de 300 hectares de forêts et de pâturages ont également été mis en jachère pour le reboisement. Une superficie supplémentaire de 800 hectares de forêt a été protégée et limitée pour la coupe. Ces mesures pilotes contribuent à atténuer les effets à long terme du changement climatique, en permettant de prévenir l’érosion et en protégeant les bassins hydrographiques.

Des membres de la coopération observent l’évolution des terres en jachère.
“ À l’échelle nationale, le taux de pauvreté a diminué de 15% au cours des dix dernières années. Ce n’est qu’en réduisant les risques et en prévenant notre avenir des défis climatiques futurs que nous pourrons poursuivre notre trajectoire vers les Objectifs de Développement Durable ” - Benjamin Larroquette, conseiller technique régional du PNUD.
Des semences améliorées donnent un meilleur rendement pour le fourrage.
Footnote: Story by Greg Benchwick, Martha Mogus and Wubua Mekonnen. Photos by UNDP Ethiopia.
Ethiopia